186

samedi 05 décembre 1998
  • Présents : Tristan Bastit, Jacques Carelman, Thieri Foulc, après-midi : Jack Vanarsky
  • Excusé: Jean Dewasne



Une tentative oupeinpienne hardie, JV envisagerait des lamellisections in vivo, tandis que JC nous montre des introspections (en couleurs) de gidouille.

Contrainte du message caché - JV, preuve photographique à l'appui, présente sa dernière oeuvre dont l'un des éléments, avant montage, laisse voir la superbe gidouille qu'il s'apprête à y dissimuler. Secret dont il instaure immédiatement l'Oupeinpo gardien.




Dernière séance de 1998 ? Conséquence immédiate du courrier de JC, notre secrétaire de facto, reçu la veille par chacun ? Approche des dix-huit ans de l'Oupeinpo? Cette réunion fit une large place à la réflexion futurologique.
Rappelons que cette année a été pour notre groupe pleine d'innovations, de changements, de révisions. A quelques semaines près, elle s'ouvrait sur une ouverture, avec le grand pot de l'Oupeinpo. Un large et amical public y était accueilli pour une séance exceptionnelle. Concurremment était décidée la publication de ces bulletins des Séances. Même apériodiques pour ce qui est de leur date de parution, ils représentent pour le groupe de nouvelles astreintes et en particulier celles liées à la rédaction obligée du compte-rendu de toutes les réunions. Par ailleurs nous avons souhaité exprimer notre amical intérêt à certains artistes ou à certaines personnalités. Voyage à Cholet à l'invitation de François Morellet, accueil à nos séances d'Olivier O. Olivier et de Danièle Giraudy, de Jean-Louis Lavallard comme de Ziya Aidyn. Tout cela était le signe sùr de l'émergence d'attitudes nouvelles chez les oupeinpistes.
Et c'est à JC que revient le mérite d'en poser nettement les termes dans le courrier évoqué plus haut. Nous faut-il redéfinir nos objectifs, nos orientations ? Devons-nous donner à l'Oupeinpo de nouvelles ambitions, moins intimistes ? Quelles expositions ou manifestations faire ou ne pas faire ? Et la question fort délicate de l'ouverture à de nouveaux membres?
En l'attente de JV retardé, JC, TB et ThF, mettent ce débat à l'ordre du jour.
Il est plus clair pour l'appréhender d'en revenir au texte canonique paru dans le n° 21 des Monitoires , soit :

L'Oupeinpo :
- est un ouvroir, c'est-à-dire un endroit où l'on oeuvre;
- de peinture mais de façon toute synecdochique;
- potentielle, car en tant que tel il ne produit aucune
peinture réelle.
Son rôle à lui est de proposer des "formes" ou des transformations dans lesquelles les oeuvres sont en puissance.


Avec le temps et les succès, c'est autant de thèmes récurrents de réflexion.
Endroit où l'on oeuvre, mais ouvert à qui ? De peinture, mais ne donnant voix qu'aux seuls artistes ? Potentielle, mais si les oupeinpistes réalisent eux-mêmes des preuves de faisabilité ? Rôle de proposition, mais va-t-il jusqu'à la didactique ? Devons-nous distraire un temps voué au travail de l'Oupeinpo pour des tâches de promotion (organisation d'exposition, publications) qui ne sont pas sa vocation première ? Et c'est justement l'appréciation de ces questions que les innovations de 1998 modifient, autour de deux débats.
Le besoin d'ouverture qui se fait jour oppose les tenants de l'invitation informelle, de personnalités diverses, aux partisans d'un véritable protocole d'intronisation, voire d'un profil de recrutement. Mais l'unité est ferme sur le refus des inclusions subreptices.
Deuxièmement, ce souci de rendre public l'état de nos travaux, ouvre la discussion sur les objectifs (oupeinpiens bien sûr ! ) qu'y vise l'Oupeinpo. Face à des opportunités proposées à l'Oupeinpo, certains apprécient, et l'hommage ainsi rendu, et l'économie du travail de prospection; mais d'autres font remarquer que ces offres font très souvent écran sans y répondre aux véritables besoins. Là-aussi l'on s'oriente vers plus de volontarisme, vers l'idée de thème de travail aboutissant à publication ou exposition.

- Saragosse & le Tipi :
1999 devrait voir se réaliser au moins deux manifestations, l'une à vocation européenne à Saragosse, l'autre microcosmiquement parisianistes mais universellement ou-x-pienne à la BPI du Centre Georges Pompidou.
En ce qui concerne l'Espagne, JV reçoit mission, au titre de ses compétences hispanophones, de se rendre compte par lui-même & sur place.
Quand a la participation de l'OPP au projet piloté par Milie von Bariter, il fait l'objet d'un intense effort de réflexion, soutenu sans ...




ThF & TB évoquent sous forme dialoguée, leur déplacement au Salon du livre de jeunesse de Montreuil, et plus précisément leur assistance à la prestation qu'y offrait l'OuBaPo. Comme l'un évoque les richesses de résultat de la contrainte utilisée, l'autre met l'accent sur le suspens tangible entretenu dans l'assistance par des plans-séquences vidéastiques vertigineux. Nos duettistes terminent sur un accord majeur : "Tirons-en la leçon pour le tipi !" C'est l'occasion que saisit aussitôt JV, qui arrive, pour évoquer certains avantages de Viagra d'un point de vue oupeinpien. Brouhaha circumvoisin, chutes et bris connexes, retour au calme...
Suivent quelques considérations gastronomiques débouchant très simplement sur le prix de la Merda d'artista. 200 000 F : c'est celui obtenu d'un musée par un collectionneur, en réparation des préjudices matériels et moraux subséquents à des manipulations attentatoires surMerda d'artista, pièce de sa collection. Suggestion est avancée (JC.)



Abonnements
Les envois de timbres destinés à couvrir les frais d'expédition se font au 31 décembre. L'avez-vous fait fin 1998 ? Merci, merci.
La liste des publications disponibles est envoyée sur simple demande


Bulletin apériodique de l'Ouvroir de Peinture Potentielle
Rédacteur pour ce numéro : Tristan Bastit