185

samedi 7 novembre 1998
  • Présents: Présents : Tristan Bastit, Jacques Carelman, Thieri Foulc, Jack Vanarsky
  • Invités: Olivier O. Olivier
  • Excusé: Jean Dewasne


Saragosse : JC a mesuré 61,34 mètres de linéaire répartis sur trois salles. JC a lui-même 9 mètres d'exposition à proposer. Quant aux autres, JV dresse un constat sartrien : "Nous sommes tous des salauds" (de n'avoir ni listé ni mesuré d'oeuvres à exposer). Un débat s'engage sur le type d'exposition à proposer. TB : style atelier. JC : style didactique. ThF : style pragmatique. JV : style exposition. Brouhaha. JC & JV sont désignés comme commissaires avec pleins pouvoirs.

New york : L'Oulipo Compendium , aboutissement de plusieurs années d'efforts de la part d'Alastair Brotchie, Harry Mathews & pas mal d'autres, est paru. Lancement à New-York. A Paris, examen général admiratif de l'unique exemplaire apporté par ThF. La part de l'Oupeinpo, 34 pages, est un peu juste par rapport aux 80 pages initialement prévues mais le travail des éditeurs est du genre remarquable : clarté impitoyable, féroce pertinence documentaire, frénésie des cross-references. Pour d'innombrables travaux, méthodes, contraintes & points d'histoire, cet ouvrage est désormais la meilleure ou la seule publication disponible, en ce qui concerne tant l'Oulipo que l'Oupeinpo & les autres Ou-x-Po. En mars 1999 un lancement londonien devrait répondre au new-yorkais.

Bourges : ThF a endoctriné les élèves, les maîtres & peut-être l'administration de l'Ecole nationale des beaux-arts, le 4 novembre sur l'invitation de Jean Castel.

Paris I/centre saint-charles : En mission oupeinpienne, ThF. & TB. se rendaient à la salle Journiac de l'Université de Paris I prendre la mesure du rococo des p de François Morellet. Force fut de constater d'entrée le vertigineux raccourci temporel rapportant côte à côte l'antique notion de nombre p avec son calcul le plus informatiquement récent (quelques kilomètres de décimales!). Mais était-ce là abolir la distance? Déjà Achille s'y cassa quelques dents & sa tortue, sacré Graal, envoûte toujours le héraut du zéro absolu. Et sa famille n'est des moindres ni de peu, elle est celle des gommeurs de l'horizon, des chasseurs de l'atome primordial. Aujourd'hui même faisant fi de l'échec annoncé, François Morellet se donne la contrainte d'y gagner un facteur d'échelle, tout comme des physiciens tentent d'amener leur approche du Big Bang de l'échelle 10-x seconde à l'échelle 10-(x+1) seconde. Ce faisant il nous retourne son gant, nous montre qu'Achille n'a jamais été assez cinglé pour courir derrière des tortues, toutes imaginaires, et que le seul Graal jouable est cette spire fractale additionnable ...



DECADREMENT (OOO) : OOO a poursuivi ses travaux de déchirage en croix de saint André & propose deux exemples.

1) Autoportrait. Déchiré selon les diagonales, & non selon les médianes comme dans la méthode de TB, un autoportrait est réassemblé non en croix, ce qui serait impossible, mais autour & à l'extérieur d'un cadre. Longue discussion sur ce qu'il convient alors de mettre à l'intérieur du cadre. Rien, selon OOO. Tout juste la vitre, laissant voir le mur d'accrochage (XXX). Un fond, oui, noir (YYY). Une autre oeuvre, à créer, avec contrainte par bord de part et d'autre de la baguette-cadre (ThF).
Suggestion TB : reporter la forme extérieure du portrait décadré & l'utiliser.


2) Crucifixion de saint Pierre. Pour être recrucifié selon la croix de saint André, le saint Pierre de Michel-Ange (chapelle Pauline) est non pas déchiré mais découpé avec soin en suivant les contours des personnages et autres formes peintes. OOO a toutefois isolé la croix, qui dès lors peut prendre place ad libitum dans l'un des quatre secteurs. Cela est rendu possible par deux facteurs : d'une part, Michel-Ange, prévoyant que cette crucifixion la tête en bas portait en germe des manipulations oupeinpiennes, a utilisé la croix plus ou moins selon les diagonales de sa fresque ; d'autre part, cette particularité maniériste pour ne pas dire déjà baroque a été repérée comme pertinente par OOO.




La méthode de la tache blanche (th. f).

Méthode peut-être plus zen qu'oupeinpienne. Peignant à l'encre de Chine une "table", i.e. un rectangle, d'un seul tour de pinceau, ThF observe la forme de la tache restée en réserve au centre & l'utilise comme point de départ pour dessiner un "objet" posé sur la table. Courge, grenouille, crâne... Il est aussi arrivé que des formes se dessinent toutes seules, en même temps que la table : poisson, voire cachalot, posé sur la table. (On vous donne ici le cachalot et, en prime, deux autres tables hors méthode.)







Le corps noir (tb).
TB a réalisé, selon sa méthode déja connue de nouveaux travaux dont il serait prématuré de révéler la finalité


Avis : Nous voici au 31 Décembre, date à laquelle les abonnés qui souhaitent le rester voudront bien nous adresser une petite provision de timbres. La liste des parutions disponibles est envoyée sur simple demande.

Bulletin apériodique de l'Ouvroir de Peinture Potentielle
Rédacteurs pour ce numéro : Thieri Foulc & Tristan Bastit